Langue
EN | FR |

Le témoignage de Pierre

Pierre revient sur le moment où il a compris qu’il ne devait pas tourner le dos à sa vie sociale.

J’AI COMPRIS QUE JE DEVAIS FAIRE QUELQUE CHOSE

Pierre , 58 ans

Que dire? J’ai toujours été un gars très extraverti qui aime avoir un calendrier bien rempli en dehors du travail. Quand lorsque j’ai réalisé que je souffrais de fuites urinaires, j’ai pensé que je devais renoncer à ma vie sociale.

Je ne fais rien d’extraordinaire dans mon quotidien, mais j’aime, par exemple, essayer de nouveaux restaurants ou simplement rejoindre des amis pour prendre un verre.
 
Malheureusement, inquiet de savoir que je pouvais avoir besoin d’aller uriner à tout moment, je n’arrivais plus à profiter du plaisir de me retrouver en compagnie d’autres personnes. Et si les toilettes étaient loin, et s’il y avait la queue quand j’y arrivais enfin?
 
J’ai commencé à trouver des excuses pour ne pas aller prendre une bière avec les amis ou me retrouver trop loin de chez moi. Je ne voulais pas jeter de l’huile sur le feu en consommant du liquide et je n’étais pas sûr de pouvoir me retenir jusqu’à ce que j’atteigne des toilettes si l’endroit était trop éloigné. J’ai fini par essayer de boire moins d’eau au quotidien pour ne pas avoir à uriner autant, mais cela m’a donné des maux de tête.
 
J’ai réalisé que mon problème de fuites urinaires était peut-être plus problématique que je ne voulais l’admettre. Puis un jour, quelque chose s’est produit sur le chemin du retour du travail. J’ai eu une sensation étrange et j’ai senti que mon pantalon devenait mouillé. Heureusement, je venais de sortir de la voiture et je n’étais qu’à quelques minutes de la maison où je pouvais me changer. Après cet incident, je n’étais plus très intéressé par les sorties. Et si la même chose se reproduisait? L’interaction sociale avec mes amis et découvrir de nouveaux endroits me manquaient.
 
À qui pouvais-je parler de tout cela? Mes copains n’étaient pas une option. Un ami du travail? Je ne pense pas. Mon fils a une vie bien remplie, et cela ne semblait pas être un problème assez important pour le déranger. Et je ne saurais pas vraiment comment lui en parler.
 
Mais j’ai réalisé que je devais faire quelque chose. J’ai donc commencé à faire des recherches sur Internet. Je suis tombé sur un site où l’on parlait de « protections » et il semblait qu’il y avait beaucoup de types de protections différentes à utiliser. J’ignorais tout cela! J’ai eu l’impression d’être tombé sur un filon d’or et j’en ai commandé en ligne. Le meilleur dans tout cela, c'est que ça a marché!
 
Maintenant, je suis de nouveau moi-même. Si je me rends dans un nouvel endroit, je regarde toujours où se trouvent les toilettes et j’essaie de m’asseoir à proximité. Je porte des sous-vêtements de protection et j’en emporte de rechange dans un sac. Mieux vaut prévenir que guérir, c’est la formule à retenir. Ce qui est formidable, c’est que lorsque je suis sur place, j’oublie complètement que je les porte. Ils sont comme des sous-vêtements ordinaires et je peux me concentrer sur les choses importantes. Comme le vin que je dois commander pour accompagner mon repas.