Infection des voies urinaires chez les personnes âgées

Savez-vous comment prévenir les infections des voies urinaires (IVU) et quels signes surveiller? L’infection urinaire est plus fréquente chez les personnes incontinentes et les personnes âgées. Par conséquent, il est important de savoir comment les prévenir et quels signes surveiller.

Tout le monde peut développer une infection urinaire. Toutefois, certains groupes de la population sont plus vulnérables que d’autres. Si vous prenez soin d’un membre de votre famille atteint d’incontinence ou d’une autre maladie, il serait bien de surveiller certains signes.

Qu’est-ce qu’une infection des voies urinaires?

Une infection des voies urinaires survient lorsque des microbes nuisibles pénètrent dans les voies urinaires basses ou supérieures. Cette infection peut s’accompagner de symptômes désagréables et parfois graves. Dans la majorité des cas, la bactérie qui envahit les voies urinaires basses provient de notre propre organisme.

La bactérie E. coli est le type de bactérie qui cause le plus souvent des infections urinaires. Elle vit normalement dans l’intestin et peut infecter les voies urinaires lorsque les fèces entrent en contact avec l’urètre.

Quels sont les symptômes les plus courants d’une infection urinaire?

  • Miction douloureuse ou sensation de brûlure
  • Mictions fréquentes et envie urgente et constante d’uriner
  • Faibles quantités d’urine
  • Traces de sang dans l’urine
  • Urine foncée, trouble ou malodorante
  • Sensation d’avoir froid habituellement non accompagnée de fièvre
  • Incontinence urinaire soudaine

Quelle est la différence entre infection urinaire basse et infection urinaire supérieure?

En général, une infection urinaire n’est pas dangereuse, bien qu’elle soit douloureuse. On traite le plus souvent l’infection urinaire par antibiotiques sur prescription d’un médecin, mais non traitée, l’infection peut se propager des voies urinaires basses aux voies urinaires supérieures et aux reins. Ce type d’infection peut potentiellement causer des lésions rénales, voire une insuffisance rénale. Dans ce cas, les symptômes s’aggraveront considérablement et s’accompagneront notamment de maux de dos, de nausées et de fièvre. À partir des reins, l’infection peut emprunter la circulation sanguine (urosepsis) et se propager à d’autres parties du corps, ce qui est une maladie grave nécessitant des soins intensifs.

Symptômes vagues chez les personnes âgées

Les symptômes d’une infection peuvent être très vagues et peu clairs chez les personnes souffrant de faiblesse immunitaire ou de diabète, ainsi que chez les personnes âgées, en particulier celles atteintes de démence. Les symptômes peuvent comprendre une faiblesse générale de leur état de santé, de la confusion, des nausées, des étourdissements, une incontinence soudaine ou une aggravation de l’incontinence, par exemple. Ces symptômes semblent souvent liés à d’autres affections qui ne sont pas liées à une infection urinaire, ce qui rend difficile son dépistage.

Il est important de savoir ce qui est « normal » pour la personne dont vous vous occupez, afin que l’infection puisse être dépistée de façon précoce et traitée le plus tôt possible.

Conditions que l’on peut confondre avec une infection urinaire

On ne doit pas confondre la présence d’urine malodorante et foncée et l’absence d’autres symptômes avec une infection des voies urinaires. En fait, certaines personnes abritent des bactéries amies dans leur vessie, et ces bactéries peuvent ne présenter aucun symptôme à l’exception d’une urine malodorante. Il s’agit d’un trouble bénin que l’on ne doit pas traiter par des antibiotiques.

Le fait de ne pas boire suffisamment de liquide peut aussi être la cause d’une urine foncée, brouillée et malodorante. Assurez-vous alors que votre proche boit suffisamment.

Qui peut contracter une IVU?

Bien que n’importe qui puisse être infecté, les personnes vulnérables en raison d’autres problèmes de santé courent un risque plus élevé de contracter une infection urinaire. Les exemples de tels groupes sont les personnes âgées, les personnes atteintes de diabète sucré ou porteuses d’une sonde à demeure ainsi que les résidents et les patients d’établissements de soins de santé.

L’anatomie féminine est la principale raison pour laquelle les femmes sont plus sujettes aux infections urinaires que les hommes. En effet, l’urètre de la femme plus court que chez l’homme est aussi situé plus près de l’anus d’où les bactéries peuvent migrer et envahir le tractus urinaire. De plus, les taux d’hormones féminines (œstrogène) diminuent avec l’âge. Cette diminution hormonale peut entraîner l’amincissement et la sécheresse des parois des voies urinaires. Qui plus est, cette membrane muqueuse protectrice perd de sa teneur en acidité, ce qui réduit sa capacité à combattre l’infection. Pour cette raison, on recommande un traitement hormonal aux œstrogènes afin de prévenir les infections urinaires chez la femme.

Le fait de ne pas pouvoir vider complètement sa vessie est un autre exemple de risque accru de développer une IVU, puisque les bactéries peuvent proliférer dans l’urine restante. L’urine restante peut être causée par d’autres troubles médicaux, tels que la constipation, l’obstruction du passage de l’urine liée à l’hypertrophie de la prostate ou au prolapsus, une lésion de la moelle épinière ou une atteinte nerveuse, troubles qui entravent le fonctionnement normal de l’appareil urinaire.

La prévention d’une infection grâce à de bonnes mesures d’hygiène, à des soins de la peau et à une routine de toilette est naturellement primordiale dans toutes ces situations.

Prévenir les IVU grâce à une bonne hygiène et à de saines habitudes

La méthode de prévention la plus efficace est de maintenir la zone périnéale propre et en santé et de protéger votre proche contre les infections. Rappelez-vous aussi qu’il doit s’hydrater puisque la déshydratation peut provoquer des symptômes similaires à ceux de l’infection urinaire, et qu’en outre, la miction permet évacuer les bactéries indésirables hors des voies urinaires. Enfin, dans la mesure du possible, assurez-vous que votre proche obtient de l’aide à vider complètement sa vessie, à chaque miction, car les bactéries se multiplient dans l’urine restante.

Éviter une IVU en quelques gestes simples

  • Essuyer de l’avant vers l’arrière de façon à éviter l’entrée des bactéries dans les voies urinaires
  • Retirer les produits d’incontinence souillés en procédant de l’avant vers l’arrière
  • Éviter le lavage excessif et l’utilisation d’un savon irritant dans la zone sensible des organes génitaux
  • Utiliser la crème nettoyante TENA pour laver la peau fragile; et la crème apaisante TENA pour l’aider à rester au sec
  • Bien assécher la peau lors du changement de produits d’hygiène personnelle, car les bactéries prolifèrent plus facilement en milieu humide
  • Utiliser les produits d’incontinence TENA. Ils sont de grande qualité, perméables à l’air et leur surface reste sèche
  • On recommande souvent l’application d’un traitement aux œstrogènes par voies vaginales pour prévenir l’infection urinaire

On recommande souvent l’application d’un traitement aux œstrogènes par voies vaginales pour prévenir l’infection urinaire

Il peut être difficile pour les personnes à mobilité réduite ou souffrant d’autres handicaps d’utiliser les toilettes. De plus, de nombreuses personnes ont du mal à vider complètement leur vessie en raison d’autres problèmes de santé. Et cette difficulté peut engendrer d’autres problèmes puisque l’urine restante dans la vessie devient un milieu favorable à la prolifération des bactéries. En aidant votre proche à maintenir de saines habitudes d’hygiène vésicale, vous pouvez éliminer un risque inutile d’infection.

Voici quelques conseils :

  • Vous assurer que votre proche se rend à temps aux toilettes
  • Éviter la constipation et assurer la régularité des selles
  • Vous assurer que votre proche adopte une position confortable et adéquate qui facilite la vidange complète de la vessie et des intestins. Cela signifie qu’il doit s’incliner légèrement vers l’avant, genoux fléchis et pieds reposant sur le sol ou sur un repose-pied. Une chaise d’aisance surélevée, un repose-pied ou un coussin en gel pour siège de toilette pourraient s’avérer utiles
  • Le guider vers une double ou même une triple vidange. Cela signifie que, lorsque votre proche a terminé, vous devez l’encourager à se relever et à se rasseoir à quelques reprises. Ces mouvements pourraient stimuler sa vessie à vider l’urine restante après la miction initiale

Comment traiter les infections urinaires?

Il est important de reconnaître les premiers signes d’une infection urinaire pour confirmer son diagnostic et la traiter le plus tôt possible. Ceci est particulièrement important dans le cas des personnes âgées plus fragiles qui peuvent ne présenter que peu de symptômes et être toutefois gravement atteintes. Par conséquent, gardez l’œil ouvert et la communication « ouverte » avec votre proche au sujet de tout changement de ses habitudes.

Un diagnostic complet sera posé par un médecin. Il sera basé sur les résultats d’analyses d’urine et sur les symptômes d’infection. Si une infection urinaire basse ou inférieure a été diagnostiquée et qu’un traitement est nécessaire, le médecin décidera de l’antibiotique et de la posologie à prescrire.

Soulagement des symptômes d’une IVU

  • Vous assurer que la personne dont vous prenez soin boit suffisamment de liquide pour éliminer les bactéries
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS*) peuvent soulager certains symptômes de l’infection urinaire, comme la douleur, la fièvre et l’inflammation
  • Utiliser un coussin chauffant sur le bas du dos ou sur l’estomac pour soulager la douleur et l’inconfort

* Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) appartiennent à une classe de médicaments analgésiques qui réduisent la douleur, la fièvre et l’inflammation.

Ressources utiles

Exercise et Incontinence

Commentaires sur les produits