L'incontinence urinaire masculine

Parce que l'incontinence urinaire reste stigmatisée, les hommes hésitent souvent à consulter. L'incontinence urinaire masculine est beaucoup plus courante qu'on ne le croit, même s'il est vrai que les femmes en sont plus souvent affectées que les hommes. L'incontinence peut toucher les hommes de tous âges.

Les traitements décrits ci-après conviennent aux hommes souffrant d'une incontinence non compliquée, autrement dit non récurrente, non douloureuse, ni associée à une hématurie, une infection chronique, des problèmes de miction, une irradiation prostatique ou encore une exentération pelvienne. Chez les hommes présentant ces symptômes, une consultation immédiate en urologie est conseillée.

LE DIAGNOSTIC

Le regroupement de symptômes en catégories facilite le diagnostic de l'incontinence masculine. Les exercices du plancher pelvien et la traite urétrale peuvent aider les hommes souffrant de pertes urinaires post-miction. L'incontinence d'effort chez les hommes survient surtout après une opération de la prostate, tandis que l'incontinence par impériosité résulte souvent d'un grossissement ou d'une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), d'une obstruction ou d'autres procédures chirurgicales, comme la résection intestinale. On parle d'incontinence mixte quand les deux symptômes coexistent.

Il convient d'analyser les antécédents de santé du patient pour décider de la nature de l'incontinence, par exemple, relever les procédures chirurgicales qui pourraient avoir eu lieu, ainsi que les maladies ou les traitements prescrits.

L'examen physique doit porter sur l'abdomen et la vessie pour la recherche de calculs, de diverticules ou de tumeurs; le rectum pour la rétention fécale; le système nerveux sacré et central pour l'état mental ainsi que les autres facteurs neurologiques. Une analyse d'urine doit être prescrite pour détecter une éventuelle infection ou une hématurie. Une fois les infections traitées, il convient de refaire les analyses.

Enfin, il est recommandé de vérifier la qualité de vie pour évaluer l'impact de l'incontinence sur le patient. Par la même occasion, la mobilité et l'accessibilité aux toilettes devraient être vérifiées.

INCONTINENCE D'EFFORT (POST-PROSTATECTOMIE)

L'incontinence d'effort chez les hommes survient généralement après une opération de la prostate, mais elle peut se présenter dans d'autres circonstances. Elle se traduit par des fuites urinaires incontrôlées lorsque la personne tousse, court, saute, etc. Les hommes sont différents les uns des autres. Chez certains, la perte urinaire est faible, sporadique et temporaire, alors que d'autres souffrent de pertes constantes, sur une longue période. Beaucoup retrouvent l'état de continence totale à l'issue d'un traitement approprié.

Traitements possibles

Style de vie

Interrogez le patient sur son alimentation, sa consommation de liquides, la perte de poids et la consommation de cigarettes. En effet, la pression abdominale est plus forte chez les personnes ayant un excès de poids. Les fumeurs toussent davantage, ce qui explique l'incidence plus fréquente des fuites.

  • Il est important que la personne s'hydrate bien. Réduire la consommation de liquides dans l'espoir de diminuer le besoin d'uriner peut irriter la vessie et provoquer une infection.
  • La caféine, les boissons gazeuses et l'alcool doivent être évités, car ils peuvent irriter la vessie.
  • Examinez la médication en cours pour en vérifier les interactions ou la présence d'effets iatrogènes.

Rééducation de la vessie

La rééducation de la vessie peut être très utile après une opération de la prostate si l'homme souffre d'incontinence par impériosité ou d'envies pressantes. La rééducation de la vessie est une technique comportementale qui accroît la capacité de la vessie et limite la fréquence de la miction. L'objectif est de rompre le cycle de la fréquence, de l'urgence et de l'incontinence par impériosité. Un physiothérapeute spécialisé ou un spécialiste en incontinence peut accompagner cette rééducation.

INCONTINENCE PAR IMPÉRIOSITÉ

L'incontinence par impériosité se définit par une perte urinaire incontrôlée associée à une forte envie d'uriner. Comme pour l'incontinence d'effort, elle doit d'abord être traitée par des moyens non invasifs. Les facteurs de risque de l'incontinence par impériosité comprennent l'hypertrophie d'un organe (p. ex., HBP) et une chirurgie antérieure.

Traitements possibles

Style de vie

  • Il est important que la personne s'hydrate bien. Réduire la consommation de liquides dans l'espoir de diminuer le besoin d'uriner peut irriter la vessie et provoquer une infection.
  • La caféine, les boissons gazeuses et l'alcool doivent être évités, car ils peuvent irriter la vessie.
  • Perdre du poids, pour limiter la pression abdominale, et arrêter de fumer afin de limiter les fuites que provoque la toux.

  • Le patient peut porter une protection pendant la période de diagnostic et de traitement. Elle lui sera utile si les traitements ne sont pas entièrement efficaces et pour se sentir plus sûr de lui s'il se sent stressé.

INCONTINENCE MIXTE

Beaucoup d'hommes souffrent d'incontinence mixte, autrement dit une combinaison des symptômes de l'incontinence d'effort et de l'incontinence par impériosité. Cependant, pour ces deux formes d'incontinence, les traitements de première ligne favorisent les mesures non invasives, soit la modification du style de vie, la rééducation de la vessie et les exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien. En cas d'échec total ou partiel de ces techniques, les symptômes les plus gênants peuvent être traités par des médicaments. Faute de résultat, le patient devra consulter et subir des analyses plus poussées.

PERTES URINAIRES POST-MICTION

Les pertes urinaires post-miction sont traitées par les exercices du plancher pelvien qui tonifient le sphincter et par la traite urétrale.

L'INCONTINENCE PAR REGORGEMENT

L'urine s'écoule en permanence, comme si la vessie « débordait ». La cause en est souvent une obstruction, telle qu'une rétention fécale, un gonflement de la prostate, une lésion nerveuse ou une anomalie de l'urètre.

L'INCONTINENCE FONCTIONNELLE

L'état physique ou mental de la personne, ou encore une déficience, l'empêche de se rendre aux toilettes à temps.

*Le contenu de ce site ne doit pas servir à des fins de consultation médicale et aucune information dans ce contenu ne vise à se substituer à un avis professionnel destiné à établir un diagnostic ou à prescrire un traitement médical.