L'incontinence urinaire féminine

Environ 10 à 12 % des femmes souffrent d'incontinence urinaire. Le type le plus courant d'incontinence féminine est l'incontinence urinaire d'effort. Vient ensuite l'incontinence par impériosité. Beaucoup de femmes doivent composer avec ces deux formes d'incontinence et les symptômes qui s'y rattachent.

LE DIAGNOSTIC

Lorsqu'une femme présente des symptômes d'incontinence urinaire, il est important d'écarter toute autre pathologie avant de diagnostiquer une incontinence d'effort, par impériosité ou d'incontinence mixte. Il est donc nécessaire d'étudier le dossier et l'historique médical de la personne, y compris toute blessure à la tête, au cou ou au dos, les conditions aggravantes, comme le diabète, l'activité sportive, le nombre d'enfants, les antécédents familiaux et l'analyse des symptômes urinaires ainsi que l'examen physique.

L'analyse des symptômes porte sur les épisodes signalés et la nature de l'incontinence. Il est recommandé de procéder systématiquement à l'analyse d'urine pour déceler une éventuelle infection de la vessie ou du système urinaire, et exclure l'hématurie. Si possible, conseillez à la patiente de tenir un carnet de bord des épisodes d'incontinence et des quantités d'urine évacuée, ainsi que du volume et de la nature des liquides absorbés.

L'examen physique doit permettre d'écarter la constipation, le prolapsus, les masses ou tumeurs, les fistules et dommages à l'issue d'une grossesse, d'un accouchement, d'une intervention chirurgicale ou d'une blessure. En cas de traumatisme crânien, de sclérose en plaques, de maladie de Parkinson ou d'Alzheimer, etc., il convient d'analyser d'éventuels symptômes neurologiques ainsi que l'état mental.

INCONTINENCE D'EFFORT

L'incontinence d'effort désigne les fuites urinaires incontrôlées lors d'un effort, d'un éternuement ou d'une toux. Il peut s'agir de petites fuites ou parfois de fuites importantes.

Traitements possibles

Style de vie

Interrogez la patiente sur son alimentation, sa consommation de liquides, la perte de poids et le tabagisme. En effet, la pression abdominale est plus forte chez les personnes ayant un excès de poids. Les fumeurs toussent davantage, ce qui explique l'incidence plus fréquente des fuites chez ces personnes.

  • Il est important que la personne s'hydrate bien. Réduire la consommation de liquides dans l'espoir de diminuer le besoin d'uriner peut irriter la vessie et provoquer une infection.
  • La caféine, les boissons gazeuses et l'alcool doivent être évités, car ils peuvent irriter la vessie
  • Examinez la médication en cours pour en vérifier les interactions ou la présence d'effets iatrogènes.

INCONTINENCE PAR IMPÉRIOSITÉ

L'incontinence par impériosité, souvent appelée vessie hyperactive, résulte d'une hyperactivité du muscle détrusor de la vessie, ce qui déclenche une envie pressante, avec ou sans préavis, souvent accompagnée d'une fuite urinaire. Dans les cas les plus graves, les fuites peuvent être importantes. La personne urinera fréquemment (plus de huit fois par jour), possiblement même la nuit (une ou plusieurs fois). Une évaluation complète du milieu peut être effectuée pour vérifier la sécurité et la facilité d'accès aux toilettes.

Traitements possibles

Style de vie

Facilitez l'accès aux toilettes le plus possible. Ceci peut nécessiter des aménagements spéciaux chez la personne. Toilettes surélevées, rampe, chaise percée dans la chambre, tout ce qui peut aider la personne, y compris des vêtements faciles à enlever si la dextérité manuelle pose problème.

Rééducation de la vessie

La rééducation de la vessie est une technique comportementale qui accroît la capacité de la vessie et diminue la fréquence de la miction. Avec le temps, la vessie devient moins sensible et peut contenir de plus gros volumes d'urine. Un carnet de bord des habitudes d'évacuation d'urine est la première étape d'évaluation de l'incontinence par impériosité avant de programmer la rééducation de la vessie.

INCONTINENCE MIXTE

L'incontinence mixte sous-entend une combinaison des symptômes de l'incontinence d'effort et de l'incontinence par impériosité. Dans ses lignes directrices, l'International Committee on Incontinence recommande de traiter en priorité les symptômes les plus importants.

AUTRES TYPES D'INCONTINENCE

Il existe d'autres types d'incontinence n'appartenant pas nécessairement aux catégories précitées.

  • L'incontinence fonctionnelle : L'incapacité de se rendre à la toilette à temps pour uriner, en raison d'une invalidité (physique ou mentale) ou d'un handicap.
  • L'incontinence par regorgement : L'urine s'écoule en permanence, comme si la vessie « débordait ». La cause en est souvent une obstruction, telle qu'une rétention fécale, un gonflement de la prostate, une lésion nerveuse ou une anomalie de l'urètre.

*Le contenu de ce site ne doit pas servir à des fins de consultation médicale et aucune information dans ce contenu ne vise à se substituer à un avis professionnel destiné à établir un diagnostic ou à prescrire un traitement médical.