Nous devons parler d’hygiène

Par Magnus Groth
Président et chef de la direction SCA

Près deux millions de personnes meurent chaque année en raison de maladies liées à un manque d’hygiène. De ce nombre de décès, neuf sur dix sont des enfants, ce qui est tout à fait inacceptable.

Beaucoup trop de gens partout dans le monde n’ont pas accès à des produits et des mesures d’hygiène élémentaires.

Lorsque le simple fait de se laver les mains devient un fardeau indu en raison du manque d’eau propre ou lorsque des tabous culturels ou des stéréotypes empêchent les gens de participer pleinement à la vie de leur société, tout le monde en souffre. Maux et maladies se propagent, les gens sont éloignés les uns des autres au lieu d’être rapprochés et les sociétés ne peuvent livrer leur plein potentiel.

L’impact ne se fait pas ressentir uniquement dans les pays en voie de développement. Une nouvelle étude conduite à l'échelle mondiale le mois dernier par SCA et le Conseil de concertation pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement (WSSCC) de l’ONU révèle que plus du tiers des Américaines se sentent encore « très mal à l’aise » en société pendant leurs menstruations, ce qui représente le plus haut pourcentage mondialement. Dans la ville de Flint au Michigan, où l’eau est demeurée contaminée pendant plus de deux ans, un rapport récent de CNN indique que certains résidents de la municipalité ont cessé de prendre leur bain et de se laver les mains préférant utiliser des lingettes de bébé plutôt que du savon les jugeant plus aptes à éliminer les bactéries.

Ce sont des questions sur lesquelles SCA se penche depuis des décennies. Nous avons conjugué nos efforts à ceux du Conseil de concertation pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement (WSSCC) il y a deux ans dans le but, d’une part, de sensibiliser les populations sur le lien existant entre l’hygiène, la santé et le bien-être, et d’autre part, d’éradiquer les tabous concernant les menstruations. Cette année, nous travaillons ensemble au partage des perspectives en vue d’appuyer l’initiative mondiale du SCA en matière d’hygiène. L'initiative vise à susciter un échange international afin d’élever les normes d'hygiène par le biais de l’enseignement des pratiques d’hygiène, de recommandations auprès des responsables politiques désireux de trouver des solutions aux problèmes systémiques d’hygiène, et en inspirant d'autres organisations à se porter à la défense des enjeux mondiaux auxquels toutes les sociétés sont confrontées.

Au cœur de cette initiative, SCA est fière d’annoncer un nouveau partenariat avec la Fondation des Nations Unies, un partenariat qui permettra de décupler ses efforts en vue de briser la stigmatisation des tabous sur les fonctions corporelles, de mettre en lumière l’impact économique des enjeux liés à l’hygiène et d’encourager l’innovation favorisant le développement durable dans ce domaine. Nous voulons briser le silence afin de sensibiliser et de donner à chacun l’appui nécessaire lui permettant de parler ouvertement des questions d’hygiène, et ce, sans en avoir honte.

En tant qu’une des plus grandes entreprises en matière d’hygiène, nous nous employons à relever ces défis. Plus de 500 millions de personnes comptent sur nos produits d’hygiène pour vivre plus sainement tous les jours. Nous avons intégré les objectifs de développement durable des Nations Unies dans nos décisions d’affaires pour nous concentrer ainsi sur des solutions qui permettront de créer un monde plus sain et soutenir le bien-être de millions de personnes.

Il est nécessaire de parler des questions d’hygiène, mais ce qui importe le plus en vue de faire une différence, c’est d’agir. D’ailleurs, nous constatons déjà que les succès obtenus par certaines initiatives sont des exemples d’affaires éloquents incitant d’autres organisations à s’impliquer.

L'an dernier, aidés des savons et des serviettes en papier de notre marque Tork, nous avons lancé le premier programme de lavage des mains dans les maternelles de Chine. En partenariat avec les chercheurs de l'Université Erasmus de la Hollande et les médecins chinois, nous avons sensibilisé les enfants de 18 garderies de la ville de Shenzhen au lavage des mains. En raison des mauvaises habitudes de lavage des mains, des milliers d'enfants développaient la maladie infectieuse des pieds-mains-bouche. Grâce à notre programme, nous avons vu cette maladie infantile diminuer de près de 60 pour cent. Lorsque nos gestes permettent à nos enfants de fréquenter l'école, nous favorisons leur potentiel de réussite et améliorons leur qualité de vie.

En améliorant les solutions et les pratiques en matière d’hygiène, nous contribuons à réduire les dépenses des entreprises et le coût des soins de santé tout en mettant un terme à la maladie. Nous recueillons et analysons des données en vue de rendre possible la personnalisation des soins et d’adapter les produits et services en fonction des besoins d'hygiène particuliers à chaque population. Par exemple, nous avons contribué à révolutionner les soins d’incontinence dans des centaines de centres de soins de longue durée en vue d’améliorer la qualité des soins prodigués aux patients tout en simplifiant la tâche des soignants et en réduisant les coûts liés à la gestion des établissements pour les administrateurs. De plus, nous développons de nouveaux produits hors foyer et des solutions intelligentes pour les toilettes publiques afin qu’elles soient en tout temps garnies de produits d'hygiène, ce qui améliore le rendement des employés des services d'assainissement.

Dans certaines contrées du monde, les filles n’ont pas droit à l’éducation et les femmes ne peuvent aller au travail lorsqu’elles ont leurs menstruations. En renseignant les gens sur les menstruations ou en aidant les hommes et les femmes à contrôler leur incontinence, nous pouvons ainsi augmenter la productivité en milieu de travail. Au Pakistan, certaines travailleuses en usine s’absentent du travail jusqu’à trois jours chaque mois en raison de leurs menstruations. Des programmes destinés à les informer sur les mesures d’hygiène et à leur procurer des produits d’hygiène féminine ont démontré une réduction de 46 % du taux d’absentéisme au travail.

Nous ne pouvons résoudre tous les problèmes du monde, mais nous pouvons améliorer les conditions de vie de millions de personnes en proposant de nouvelles idées et des solutions innovantes, en investissant dans l'éducation et la promotion des causes liées à l’hygiène, en partageant connaissances et données, et en transformant les comportements et les pratiques en matière d'hygiène au sein d’une large coalition. Des partenariats publics-privés comme ceux que nous avons établis avec la Fondation des Nations Unies et le WSSCC forment une partie essentielle de la solution.

Aujourd'hui, nous invitons les gens à travers le monde — clients et consommateurs de SCA, citoyens, gouvernements locaux et nationaux, secteurs publics et entreprises privées — à se demander comment ils peuvent faire avancer les comportements adéquats et les pratiques en matière d’hygiène et d'assainissement. Ensemble, nous pouvons améliorer la vie de millions de personnes dans le monde et ainsi promouvoir la santé et le bien-être de tous. Si nous faisons cela, ensemble, nous pouvons apporter de véritables changements dans le monde.

(Publié à l'origine sur Huffingtonpost.com)