Peter, 58 ans

J'achète toujours mes billets dans une section à proximité des toilettes, et je prends une place qui donne au bord de l’allée.

C'est vrai que j'adore le football. Et le devoir de tout véritable partisan, c'est d'assister aux parties en direct. Quand j'ai réalisé que quelque chose n'allait pas avec ma vessie, j'ai pensé qu'il me faudrait renoncer à ce plaisir.

Ce n’est pas facile de suivre la partie quand vous pensez constamment à la prochaine fois où il faudra aller aux toilettes. Que faire si les toilettes sont loin, et s'il faut encore faire la queue une fois rendu?

Il s’est ensuite produit un accident sur le chemin du retour du travail. J’ai eu tout à coup une impression bizarre et j’ai senti que mon pantalon s’était mouillé. Heureusement, je venais de sortir de la voiture et je me trouvais à quelques minutes de la porte de la maison… donc j’ai pu aller me changer sans tarder. Or, après cet accident, je n’avais plus la même envie d’aller au stade. Et si ça arrivait de nouveau? Bien sûr, je pouvais encore regarder les parties à la télé, mais ça n’était pas la même chose.

À qui aurais-je pu parler de mon problème? Avec mes copains du football, c'était hors de question. Un collègue de travail? Je ne pense pas. Mon fils est quelqu'un de très occupé et je n'avais pas envie de le déranger pour des broutilles. En plus, je n'aurais vraiment pas su comment aborder le sujet.

Mais je me rendais compte qu’il fallait que je fasse quelque chose. J’ai donc commencé à fouiller sur Internet. Je suis tombé sur un site qui traitait de « protection » et qu’en outre, il semblait y avoir différentes sortes de protection pour différentes situations. Je ne l’avais jamais su! J’ai senti que c’était mon jour de chance et j’ai passé une commande en ligne. Le plus merveilleux dans tout cela, c’est que cela a très bien fonctionné.

Maintenant, je suis de retour au stade. J’achète toujours mes billets dans une section à proximité des toilettes et je prends une place qui donne au bord de l’allée. Et je porte des culottes protectrices tout en emportant des rechanges dans mon sac. Mieux vaut prévenir que guérir, c’est essentiel dans mon cas. Et le plus beau dans cette histoire, c’est que pendant que j’assiste à la partie, j’oublie complètement que je porte une protection. J’ai l’impression de porter un sous-vêtement ordinaire et je peux me concentrer sur les choses importantes, comme : quels joueurs devraient être remplacés ou s’il y a eu hors-jeu ou non.

Partager votre témoignageTémoignages intrépides