Une journée dans la vie d’un aidant

Pour ceux d’entre nous qui prennent soin d’un proche, les journées sont marquées d’essais et d’imprévus. Vous étiez-vous déjà imaginé jouer le rôle d’aidant auprès d’un parent, de votre conjoint ou d’un proche? Pas nécessairement. Il faut de la force et du courage pour accomplir tout ce que vous faites en une seule journée. Ce n’est pas donné à tous. Or, vous le faites parce que vous avez à cœur le bien-être de votre proche.

CONSEILS POUR L’AIDANT

Nous traversons tous des moments difficiles où nous nous demandons comment arriver à conjuguer les responsabilités de la prise en charge d’un proche avec notre propre vie. Vous savez, les gens développent des aptitudes au fil de leurs propres expériences ainsi que grâce à l’aide et aux témoignages d’autres aidants.

  • Planification.
    Le fait de planifier les activités de la journée plutôt que les organiser au fur et à mesure permet d’établir une routine qui est rassurante pour votre proche, et ce, tout en vous facilitant la gestion des tâches quotidiennes.
  • Activités personnelles.
    Préparer des tartes ou jouer de la guitare, intégrer vos propres champs d'intérêt et vos loisirs à vos tâches d’aidant égayera vos journées ainsi que celle de votre proche.
  • Mettez les choses en perspective.
    Être réaliste en ce qui a trait à ce que vous êtes humainement capable de réaliser vous permet d’accepter le fait que vous ne pouvez pas « tout faire ». Sachez que vous faites ce que vous pouvez, et ne vous sentez pas coupable de ne pas arriver à « en faire plus ».
  • Aide supplémentaire.
    Demander de l’aide est parfois nécessaire, ne serait-ce que trouver une oreille attentive. Si vous ne pouvez pas vous tourner vers les membres de votre famille ou les amis, n’ayez aucune honte à embaucher de l’aide supplémentaire.
  • Prenez soin de vous.
    Le fait de vous réserver des moments uniquement pour vous, vos activités et vos champs d'intérêt dans votre emploi du temps, contribue à ce que vous preniez ce temps effectivement pour vous. Sortez en soirée, faites une excursion avec les petits-enfants ou, tout simplement, retirez-vous avec un bon livre ou un DVD. Le temps que vous prenez pour vous vous aide à refaire le plein pour vos tâches d’aidant.

UNE JOURNÉE DANS LA VIE D’UN AIDANT

Du lever au coucher, la vie de votre proche s’intègre à la vôtre. Qu’il s’agisse de soins de base ou de soins plus spécifiques, vous êtes là pour l’aider dans la pise en charge de tous ses besoins – en commençant par l’aide physique dans ses déplacements, en passant par la prise en note de détails et d’instructions et en terminant avec le soutien affectif. Oui, les soins et les besoins diffèrent d’un proche à l’autre et les aidants répondent chacun à ces différents besoins. Or, il demeure que vos journées se déroulent vraisemblablement dans le même ordre.

6 h – 12 h : La course matinale

Le réveil sonne tôt pour les aidants, et la journée commence dès leur sortie du lit ou leur arrivée chez leur proche pour l’aider dans sa routine matinale comme pour prendre une douche, s’habiller ainsi que pour ses soins personnels. Peu importe leur humeur, l’aidant et le proche sont ensemble dès le matin. Préparer le petit déjeuner et ramasser la cuisine, l’aider à la salle de bain et faire la lessive sont des tâches occupant la matinée de l’aidant et auxquelles s’ajoutent régulièrement les consultations médicales ainsi que tous les autres rendez-vous.

Au gré des échanges, les conversations matinales passent des propos routiniers à des propos plus intimistes. Il est étonnant de constater le nombre de petits secrets de la vie révélés à la faveur de ces échanges. L’écoute de pièces musicales vous plaisant à tous les deux peut contribuer à créer une ambiance propice à l’approfondissement de vos liens. La musicothérapie est souvent utilisée pour apaiser ou encore pour stimuler les patients atteints de démence; or elle peut avoir des effets similaires sur n’importe qui. Un rythme enlevant peut stimuler l’énergie, une pièce acoustique peut favoriser la concentration. Disposer de plusieurs pistes musicales selon l’humeur du moment peut fournir l’énergie au moment nécessaire.

12 h 00 – 14 h 00 : L’organisation en mi-journée

Après une matinée bien remplie, vous vous sentez probablement affamée et prête à dîner! Le repas du midi correspond souvent au moment de la prise de la médication puisque de nombreux médicaments doivent être pris avec de la nourriture. Aider les proches à prendre leurs médicaments correctement est l’une des tâches les plus importantes du rôle d’aidant. Afin de demeurer bien organisée, il est important de créer et de mettre à jour la liste des médicaments de votre proche et de l’apporter à chacun de ses rendez-vous chez le médecin et de ses visites à la pharmacie. Parmi les renseignements qu’il est utile de prendre en note figurent la marque et le nom générique, la posologie, la fréquence ainsi que la raison pour laquelle chacun des médicaments a été prescrit. Ne pas omettre les médicaments en vente libre ainsi que les produits à base d’herbes médicinales. Plus vous fournissez de renseignements au médecin et au pharmacien, plus précisément pourront-ils cerner les effets secondaires ainsi que les interactions médicamenteuses.

14 h – 17 h : Un regain d’énergie en après-midi

La vie ne s’arrête pas, même pour une pause bien méritée en après-midi au cours d’une journée très accaparante. Si le fait d’accomplir votre tâche pendant de longues heures vous épuise, modifiez un peu les choses. Vérifiez si, parmi le programme d’activités du centre de l’âge d’or de votre région, certaines pourraient plaire à votre proche. En outre, la participation de votre proche à des activités sociales pourrait avoir des effets positifs et stimulants sur son bien-être et sur sa santé tout en vous procurant, à vous, quelques précieux moments de répit – moments que vous pourriez consacrer à des activités qui vous font plaisir, comme une promenade à l’extérieur, la lecture de quelques chapitres d’un roman passionnant, et, pourquoi pas, pour faire la sieste. Dix minutes de sieste pourraient vous permettre de refaire le plein et de réduire votre stress, et ce, particulièrement en fin d’après-midi quand nos batteries sont à plat. Après une telle « recharge », réaliser les tâches que, plus tôt, vous souhaitiez remettre à plus tard, comme celle de préparer le repas du lendemain, pourrait ne plus sembler aussi pénible.

17 h – 19 h : L’heure du souper « participatif »

Comment peut-il être déjà l’heure de préparer le souper? Que votre proche habite seul ou avec vous, la préparation des repas est l’une des tâches pour lesquelles il existe de nombreuses ressources vous permettant de l’alléger. Vous pourriez facilement trouver des services de livraison et de préparation de repas juste en en parlant à votre entourage, aux voisins et amis ainsi qu’aux membres de la famille, en faisant une recherche en ligne, ou encore, en communiquant avec l’agence de service aux aînés de la région. En coordonnant l'aide ainsi offerte par les amis et la famille pour la préparation de plusieurs repas chaque semaine, vous pourriez gagner du temps en plus de les impliquer dans les soins à prodiguer à votre proche.


Si la planification des menus vous incombe, songez aux multiples recettes nutritives à cuire dans la mijoteuse… et grâce aux restes à congeler, vous n’aurez pas à passer toutes vos soirées dans la cuisine. Un autre conseil est de toujours avoir au réfrigérateur une belle variété de collations santé et légères, comme des yogourts et des petits fruits, pour combler les fringales entre les repas. S’il arrive que vous n’ayez pas de repas à déposer sur la table, soyez indulgente envers vous-même et commandez un repas que vous vous ferez livrer ou que vous irez chercher. Savourez ce plat que vous n’aurez pas eu à préparer, et surtout, le petit bonheur d’avoir évité la corvée de faire la vaisselle ce soir-là!

19 h – 21 h : Le temps de décompresser en soirée

En règle générale, aidants et proches sont épuisés à la fin de journée. C’est l’heure de vous accorder un agréable moment de détente ensemble. Lancez-vous dans une activité que vous aimez et qui vous permettra de vous détendre, comme l’artisanat, une conversation téléphonique avec une amie, regarder un film ou, encore, magasiner sur Internet. Si le fait de prévoir l’horaire du lendemain ou d’examiner les comptes de la maisonnée tandis que vous vous reposez sur le canapé vous permet de vous sentir d’attaque et de calmer une certaine anxiété, faites-le! C’est très bien aussi. Faites ce que vous devez faire – l’autocritique est cependant interdite! – et tentez de mettre vos tâches de côté à mesure que le moment d’aller au lit approche, et ce, afin de permettre à votre cerveau de se reposer lui aussi.

21 h et plus : Aller au lit de bonne heure

Préparer votre proche à se mettre au lit peut se faire rapidement ou exiger plus de temps selon son degré de mobilité et ses besoins. L’aide dont votre proche a besoin pourrait également varier selon les soirées. Le fait de commencer la routine de se mettre au lit avant que vous deux ne soyez complètement exténués est une excellente idée. Par exemple, aider votre proche à faire une dernière fois sa toilette et à enfiler son pyjama avant de vous détendre tous les deux pour le reste de la soirée permet de briser la routine en autant de petits épisodes plus faciles à gérer. Ayez à portée de main les objets dont votre proche pourrait avoir besoin pendant la nuit, comme ses lunettes, un verre d'eau, ou encore, des protections de rechange contre l'incontinence, juste au cas où.

Le travail que vous accomplissez au cours d’une journée est inestimable! Bien que vos tâches ne s’arrêtent jamais, sachez que l’attachement et la complicité ainsi créés avec votre proche récompensent les efforts que vous déployez.

 
 
 
 
 
 


« Je ne m'en passerais plus. Je l'adore. Elle me protège bien, et surtout, je me sens à l'aise avec elle, et en toute liberté. »

- Consommatrice TENA® de Laval, Qc

Ressources utiles

Exercise et Incontinence

Commentaires sur les produits